Arabic Bosnian Bulgarian Croatian Czech Dutch English Estonian Finnish French German Hungarian Italian Latvian Lithuanian Norwegean Portugese Russian Swedish Slovenian Spanish Chinese

Soutenez la Communauté pour la paix en Colombie!

Depuis 17 ans, la Communauté de Paix San José de Apartadó résiste au déplacement forcé, défend la non-violence et fait corps pour que les prochaines générations vivent dans un monde meilleur.

Depuis sa formation en 1997, plus de 200 fermiers de la région ont été assassinés.

Les nombreux intérêts économiques liés à son patrimoine foncier et la présence ininterrompue des groupes illégaux (paramilitaires et guérillas), font planer un danger sérieux et constant sur la Communauté, qui doit compter sur la présence des Brigades de paix internationales (PBI) pour protéger ses membres d'autres attaques.

En 2012, la Cour constitutionnelle a ordonné à l'État colombien de prendre des mesures d'urgence pour améliorer la sécurité de la Communauté de Paix San José de Apartadó et d'ouvrir les voies de la justice, pour que soient jugés les crimes commis contre ses membres (Ordonnance de la Cour 164 - Juillet 2012).

Toutefois, les autorités colombiennes n'ont pas respecté cette ordonnance et les attaques contre la communauté n'ont pas cessé.

Tant que ces mesures n'auront pas été prises concrètement, l'ensemble de la Communauté de Paix continuera de vivre sous la menace d'un danger constant et réel.

Votre message :

Monsieur l'Ambassadeur de Colombie,

Depuis sa création il y a 17 ans, la Communauté de Paix San José de Apartadó vit constamment sous la menace, les attaques, la stigmatisation et les assassinats. Tant que l'État colombien n'aura pas, concrètement, pris les mesures qui s'imposent, elle continuera de souffrir de sa vulnérabilité face aux attaques réitérées. Nous vous prions de demander au Gouvernement colombien et à l'Office du Procureur général de se conformer en tous points à l'Ordonnance de la Cour constitutionnelle 164 (juillet 2012) en :

  • rédigeant le projet de reconnaissance officielle des zones humanitaires, afin de traiter les risques liés à la sécurité permanents dont souffre la Communauté ;
  • créant une Commission judiciaire chargée de se pencher sur l'impunité des violations antérieures.  

Cordialement,

Prénom
Nom
Pays
Adresse email

Je souhaite que les Brigades de paix internationales (PBI) conservent mes coordonnées, qu'elles m'informent de l'évolution de cette campagne et des autres causes auxquelles elles apportent leur soutien.